Festival Fika(s)

Montréal la Scandinave

Picture medium

Photo: EXEC.
© Sofie Amalie Klougart

Établir des ponts entre les pays nordiques et le Québec. C’est l’objectif du jeune FIKA(S), le Festival immersif de la kultur et des arts scandinaves. Après deux premières éditions encourageante en 2016, les organisateurs remettent le couvert cette année. La promotion des contrées nordiques passera entre autres par la musique, la littérature et la gastronomie. À table !


UN PONT ENTRE LA BELLE PROVINCE ET LES PAYS NORDIQUES
C’est un festival qui aurait pu faire pschitt, fondre comme neige au soleil. « On n’avait pas réellement d’attentes », admet sa présidente et fondatrice Christel Durand, une Française établie au Québec depuis une dizaine d’années qui décrit ce rendez-vous comme un pont entre la Belle Province et les pays nordiques, dont les points communs ne se résument pas à l’hiver.

Pour cette fondue de musique et de folk en particulier, le succès de la première édition (inaugurée le 11 mars 2016) fut une agréable surprise, mais aussi un excellent carburant pour relancer la machine et donner de l’engrais à des projets futurs. Car il y aura une suite. Le FIKA(S), pour Festival immersif de la kultur et des arts scandinaves, sera de retour à Montréal le 17 mars prochain et pour une semaine. Après les commentaires élogieux des artistes l’an passé, notamment sur la qualité de l’accueil, après les bons retours du public, des partenaires et l’intérêt affiché des médias, dont un article en première page du réputé journal Le Devoir, l’heure est donc venue de passer à une nouvelle étape.


CÔTÉ LIVRE ET CÔTÉ CUISINE
La version 2017, en pleine préparation quand ces lignes ont été écrites, reprendra les mêmes ingrédients, avec bien sûr quelques nouveautés au menu. La littérature fera ainsi son apparition, avec en tête de gondole l’auteure islandaise Audur Ava Olafsdottir, prix des librairies du Québec en 2011 pour Rosa Candida
Une recommandation des Boréales, un festival similaire bien établi en France dans la région de Basse- Normandie, avec lequel des liens ont été tissés. 

La gastronomie fera quant à elle son retour, avec là encore un invité de marque. Une pointure. Nul autre que chef étoilé suédois Magnus Nilsson, à la barre d’un des restaurants les plus cotés du monde (Fäviken Magasinet), qui a sorti récemment un livre de recette intitulé La cuisine des pays nordiques. Deux invités qui ont pour point commun de maîtriser la langue de Molière, un atout très apprécié dans une province qui la défend avec fougue.

© Collection Points


POPULAIRE ISLANDE
Côté musique, qui servira encore d’épilogue au festival (le 24 mars) le bluesman suédois Bror Gunnar Jansson et le pianiste Troels Abrahamsen, alias EXEC, seront aussi du voyage. Une programmation aux antipodes du triptyque folk servi en 2016, avec les prestations de Kristofer Aström, Jenny Lysander (digne héritière de Joni Mitchell selon le magazine Les Inrocks) et Markus Swensson (The Tarantula Waltz), trois artistes suédois bien établis dans leur pays et qui jouissent d’une belle réputation en Europe. 

Nouveauté de cette 2e édition : après leur numéro montréalais, les deux artistes entreprendront une mini-tournée au Québec, à Sherbrooke le 25 mars et à Québec le lendemain. Les conférences ont aussi été reconduites, de même que le café-rencontre consacré à l’Islande, très suivi l’an passé et qui verra sa capacité d’accueil augmenter, en compagnie de deux experts de cette destination populaire qui partageront leur expérience et leurs conseils.

Jenny Lysander © Cyclope Photographie
Bror Gunnar Jansson © Julien Bourgeois


LE PARTAGE À CŒUR
Contraint de composer avec un petit budget, le FIKA(S) compense son maigre financement par une belle motivation. Pour ce rendez-vous pluridisciplinaire qui carbure au bénévolat, la priorité est de ne pas perdre son âme. « J’aimerais qu’il conserve sa taille humaine afin de permettre aux gens de passer du temps ensemble et de discuter », confie Christel Durand. Histoire de rester fidèle à la notion de partage qui sert de socle à cet événement dont le nom fait référence à la sacro-sainte pause-café suédoise et qui a déjà semé quelques graines pour 2018…


Plus d'infos:
www.fikasfest.com


A lire aussi: 
375e de Montréal: une année de festivités
Portrait: Nomadic Massive
Plume d'or et micro d'argent
Portrait: Jipé Dalpé
Le retour du cinéma urbain à la belle étoile
Festivals d'hiver et variés