Murales de Montréal

Une nouvelle façon de découvrir la ville

Picture medium

On les compte aujourd’hui par centaines et leur nombre ne cesse d’augmenter. Montréal est devenue une destination incontournable pour l’art de rue (street art) mettant en vedette des murales monumentales.


MUSÉE À CIEL OUVERT
Du graffiti au pochoir, de la mosaïque au collage, des installations aux fresques murales, le street art prend des formes multiples et variées. Partout dans le monde cette forme d’art se multiplie et en quelques années seulement, Montréal est devenue une référence pour les amateurs de cet art public.
Avec le soutien du ministère de la Culture, la ville et ses arrondissements ont lancé de grands programmes de fresques murales en s’appuyant notamment sur deux festivals. 

Le pionnier fut, dès 1996, le festival Under Pressure qui se déroule sur une portion de la rue Sainte-Catherine Est. Au programme, la production de fresques sur près de treize murs différents, diverses interventions sur le mobilier urbain, des ateliers d’initiation et de nombreuses autres activités artistiques.

Mais celui qui a permis à Montréal de se faire connaître sur la scène mondiale et qui est devenu une véritable attraction touristique c’est le festival Mural. Créé en 2013, il attire désormais la convoitise de villes américaines, inspire le Brésil et l’Australie et sert de modèle en Belgique et en Grande-Bretagne.

Chaque année, en juin, le boulevard Saint-Laurent, au niveau du Plateau Mont-Royal, prend des allures de « musée à ciel ouvert ». Cette rencontre permet d’admirer le travail des artistes de grand renom qui créent sous les yeux des passants de nouvelles murales. L’année suivante, certaines œuvres sont recouvertes par de nouvelles, mais beaucoup restent, créant au fil des ans une véritable galerie en plein air.


ESTHÉTIQUE ET SOCIAL
L’art mural se découvre aussi à Montréal dans la plupart des quartiers de la métropole grâce notamment à MU, un organisme de bienfaisance qui comporte un volet éducatif en offrant des ateliers pour des jeunes de 13 à 17 ans. Son ambition est d’embellir la cité tout en détournant des jeunes du vandalisme et de l’illégalité.

Pour chaque murale qui est créée dans l’espace public, une autre est réalisée dans un centre communautaire, une maison de jeunes ou un camp de jour. Alors qu’elle célébrait l'année passée son 375e anniversaire, Montréal peut s’enorgueillir de figurer dans le club des villes du monde où les murales se font remarquer autant par leur quantité que leur qualité. Une nouvelle façon de découvrir la ville.


LE STREET ART SOUS TOUTES SES FORMES
"QUAND JE SERAI GRAND, JE RESTERAI ENFANT" - au coin des rues Décarie et Sherbrooke.
Par : Prévention CDN-NDG en collaboration avec le collectif A'Shop en partenariat avec la direction de l'arrondissement Côte-des-Neiges / Notre-Dame-de-Grâce, 2012
D’une hauteur de plus de 13 mètres, cette murale géante suggère aux passants d’encourager le jeu et la créativité pour leurs enfants et pour eux-mêmes.


"CÉLESTINE"
par : Rone, festival MURAL, 2014
L’artiste australien a bravé la pluie pendant quatre jours pour peindre le superbe portrait de cette envoûtante Montréalaise qu’il avait photographiée deux ans plus tôt et qui est apparue par la suite plusieurs fois dans ses différentes murales.


"LA 6ème SPHÈRE DE LA CULTURE"
par : Dominique Desbiens, festival MU, 2008
Cette murale illustre de manière symbolique le thème de la rencontre entre les cultures : une femme évoque la Terre et la fertilité et les personnages secondaires, quatre continents (Afrique, Asie, Amérique, Europe).


"#SOYEZCURIEUX"
par : Collectif brésilien Bicicleta
et 
"SEM FREIO ET THE LOVE LETTERS"
par : A'Shop
Deux œuvres majeures du festival Mural 2015.


L'art cambodgien revu par Fonki, festival MURAL, 2016
Ce jeune artiste multiculturel né en France a grandi à Montréal où il a entamé sa carrière d’artiste en tant que graffiteur avant de se tourner vers les fresques murales. Lors d’un séjour au Cambodge, pays de ses ancêtres, il tombe sous le charme de l’art khmer et s’en influence.


"MARY SOCKTISH"
par : le québécois d'origine portugaise Kevin Ledo, festival MURAL, 2014
Un portrait d’une femme du peuple Hupa du nord-ouest de la Californie inspiré par une photo vieille d’un siècle du célèbre photographe Edward Sheriff Curtis.

 

"D*FACE"
par : le britannique Dean Stockton, festival MURAL, 2016
Ayant grandi dans une banlieue ouvrière de Londres, D*Face s’est passionné pour la culture du graffiti, mais aussi pour le hip-hop, la musique punk et les dessins animés populaires.


Murale de Felipe Pantone, festival MURAL, 2016
Une oeuvre géométrique aux couleurs acidulées influencée par la musique pop et ses élans psychédéliques de l’artiste argentin qui vit et travaille à Valence en Espagne.


"GRANNY" 
par : A'Shop, festival MURAL, 2013
Cette vieille dame s’est totalement intégrée au quotidien des Montréalais. À l’image du boulevard Saint- Laurent, elle est âgée, mais toujours rebelle et haute en couleur.


"L'EUPHORIE DES SAGES" 
par: Carlito Dalceggio, festival MU, 2008
Cette murale de 111 m2 rend hommage aux artistes de la rue : les sages. Ces sages qui fréquentent le quartier, notamment la rue Prince-Arthur où elle se trouve et le carré St-Louis.


"MURS À MOTS"
Détail de la fresque hommage à Dany Laferrière 
par : Gene Pendron, festival MU, 2014
En 2014, MU a pris ses quartiers sur l’avenue Savoie (entre la rue Saint-Denis et la grande bibliothèque) pour coucher sur les murs une ode à la littérature grâce au talent de plusieurs artistes muralistes choisis par un jury.


"COMME UN JEU D'ENFANT" 
par :Seth, festival MU, 2015
Artiste d’art urbain de renommée internationale, SETH (Julien Malland) est venu en visite à Montréal spécialement pour ce projet situé à l’entrée du quartier multiethnique Saint- Michel. SETH a ainsi choisi de représenter deux enfants aux origines différentes.


"ENGLOUTIE" 
par: Rafael Sottolichio, festival MU, 2015
Cette oeuvre est située à Ville Saint-Laurent dans l’île de Montréal où l’artiste a obtenu son diplôme en arts plastiques.


Station de métro Saint-Laurent 
par : Maser, festival MURAL, 2016
Une installation temporaire d’un artiste originaire d’Irlande qui vit actuellement aux États-Unis. Son histoire avec le graffiti commence en 1995 quand il commence à peindre dans les rues de Dublin. Au fil du temps, ses représentations deviennent de plus en plus graphiques et laissent une belle place à une certaine abstraction géométrique en mettant l’accent sur la simplicité des formes.


"LES CONTEURS" 
par : Richard Morin, festival MU, 2011
Cette murale de 185 m2 a été conçue dans le cadre des célébrations du 50e anniversaire de l’École nationale de théâtre du Canada (ÉNT). Cette oeuvre rend hommage aux disciplines enseignéesà l’ÉNT et témoigne de la contribution culturelle et artistique de l’école dans la communauté.


"PENSER À PRENDRE LE TEMPS" 
par : Mathieu Bories (Mateo), 2015
Cette fresque du quartier Rosemont a été initiée par la SODER, un organisme local issu du monde communautaire qui développe des projets environnementaux à forte dimension sociale.


Plus d'infos:
Parcours Murales de Montréal - carte Google Map : bit.ly/2kWLzPG 
MU Montréal: www.mumtl.org
Festival Mural (en juin): www.muralfestival.com
Festival Under Pressure (les 12 et 13 août 2017): www.underpressure.ca
Vitrine virtuelle de la ville de Montréal: www.ville.montreal.qc.ca/murales/


Autres articles qui pourraient vous intéresser:
375e de Montréal: une année de festivités
375e anniversaire de la ville de Montréal
Le Saint-Sulpice, hôtel standing de Montréal
Montréal, la ville aux cent clochers - partie 1
Montréal, la ville aux cent clochers - partie 2
Le Montréal des gastronomes
Une destination foodesque - Montréal
Montréal derrière ses canadiens
Montréal tellement...cosy!
Montréal tellement...savoureuse