Le Laïka, à Montréal

15 ans au cœur de la galaxie branchée

Picture medium

Quand Bruno ouvre le Laïka en 1999, il a déjà quelques vies derrière lui et plusieurs cordes à son arc : serveur, DJ, photographe, organisateur de soirées... Il a alors l’envie de créer un lieu original, qui ferait office de point de ralliement pour la communauté artistique de Montréal. 

Un endroit branché donc, mais avec la convivialité d’un café de quartier. « L’idée était de promouvoir des Dj’s précurseurs et des artistes que l’on ne voyait pas ailleurs, explique Bruno. Car à l’époque, la scène electro est en pleine ébullition, mais Montréal n’est pas encore la ville quadrillée de restos et de bars branchés qu’elle est devenue aujourd’hui. » L’ouverture du Laïka va donc combler le vide, avec un concept totalement novateur.

Un lieu hybride aux allures berlinoises

Un café « latte » en tête-à-tête avec son laptop, un brunch en terrasse, une pinte au comptoir ou une soirée electro entre amis? Aussi habilement qu’un caméléon, le Laïka s’adapte aux ambiances du jour et de la nuit et réussit à proposer à chaque fois l’atmosphère adéquate. Tout ça, sans jamais perdre sa personnalité. Car le Laïka a du chien. Une fois passée l’entrée gris métallisé, on pénètre dans un espace assez brut de décoffrage, aux murs de béton armé. 

Le genre d’ambiance industrielle que l’on retrouve souvent à Berlin. Mais loin d’être froid et impersonnel, l’endroit est plein de vie et lumière: les grandes baies vitrées, les touches de bois et le mobilier coloré réchauffent rapidement l’atmosphère. Pour certains, il fait office de cantine, voire de bureau. « C’est un vrai plaisir de s’installer ici avec son ordinateur portable et d’y travailler toute la journée », raconte Guillaume, graphiste aux allures de hipster, qui profite du wifi gratuit et squatte les banquettes pendant des heures, planqué derrière son écran.

Des mix de pointures electro presque tous les soirs

« C’est encore mieux d’y revenir le soir pour écouter les meilleurs Dj’s », ajoute le jeune trentenaire, pour qui le Laïka est « un peu omme une deuxième maison ». Ouvert tous les jours de la semaine de 9 heures à 1 heure du matin et jusqu’à 3 heures le week-end, le Laïka offre une programmation musicale très pointue. De très bons artistes electro – tels que Dead Beat, Akuphène ou bien encore The Mole – s’y produisent presque chaque soir, projections vidéo à l’appui. 

Grâce à des prix toujours abordables (15-20 euros pour le brunch du dimanche, un des « hits » de Montréal), une cuisine de qualité (à base de produits du marché) et un personnel qui ne se la joue pas, le succès du Laïka ne se dément pas, année après année. Quand on lui parle d’avenir, Bruno regarde vers le haut et assure avec malice que « le Laïka est encore sur orbite pour les quinze prochaines années... au moins ! » Une odyssée qui est donc loin d’être terminée...

4040, boulevard Saint-Laurent, Montréal. Tél. : 514 842 8088.