Citadelle de Québec

La bataille de Vimy à l'honneur

Picture medium

Une exposition retracera à partir du 6 avril une des plus grandes batailles de l'histoire du Canada. 


LE GIBRALTAR D'AMÉRIQUE
Depuis le Vieux-Québec on aperçoit sa silhouette tour à tour rassurante ou inquiétante. Forteresse militaire bâtie en étoile, caractéristique des fortifications à la Vauban, la Citadelle — cet élément clé du dispositif de défense de la ville — n’a pourtant jamais connu le baptême du feu. Sa construction, commencée par les Anglais en 1820, s’est en effet achevée en 1850, alors que les grandes guerres qui ont secoué le Canada étaient terminées. Surnommée le « Gibraltar d’Amérique », la Citadelle constitue la plus importante forteresse en Amérique du Nord et fait partie intégrante des fortifications de Québec. Elle est occupée depuis 1920 par le Royal 22e Régiment du Canada, qui s’est distingué pendant la Seconde Guerre mondiale et notamment durant la célèbre bataille de Vimy dans le nord de la France.

Après la bataille de la crête de Vimy, l’armée canadienne érigea sur le site de la bataille une croix de bois à la mémoire des disparus. Lors de la construction du mémorial de Vimy inauguré en 1936, cette croix fut confiée à la garde du Royal 22e Régiment et placée à la citadelle de Québec. Elle fut rénovée en 1947 et 1978. Cette croix est toujours utilisée lors de cérémonies de commémoration de la bataille.


UN EPISODE MEURTRIER
Cet affrontement qui conduisit quatre divisions canadiennes d’infanterie à l’assaut d’une crête fortifiée farouchement tenue par l’armée allemande figure parmi les plus grandes batailles de l’histoire du Canada. C’est aux aurores, le 9 avril 1917, que 20 000 soldats lancèrent la première vague d’assaut. Au cours de l’après midi, la ligne de front était percée et le 12 avril toute la crête tombait aux mains des alliés. Le bilan de cette sanglante bataille fut très lourd : on dénombra 10 000 soldats canadiens blessés dont 3 600 moururent et, du côté allemand, 20 000 soldats furent blessés ou tués. À partir du mois d’avril, la Citadelle de Québec présentera une exposition retraçant l’offensive des combattants de Vimy. Différents objets, documents d’archives et extraits de films y révèlent la chronologie des événements et le courage, l’héroïsme et le sacrifice des soldats. Cette exposition retraçant une attaque menée conjointement pour la première fois par des soldats venus de partout dans le pays démontre également l’avènement du Canada en tant que nation et non plus simple dominion britannique.

© cpl_N.Tremblay



UNE FORTERESSE VIVANTE
Avec la présence du Royal 22e Régiment, la Citadelle de Québec est l’unique forteresse historique encore active militairement en Amérique du Nord. De la porte Dalhousie, entrée de la Citadelle, on peut assister, du 24 juin au premier lundi de septembre à 10 heures précises, au spectacle de la relève de la garde avec, en vedette, la mascotte du régiment, le bouc Batisse. Une cérémonie traditionnelle haute en couleur présente depuis 1928. Chaque jour, à midi, un coup de canon est tiré depuis ses remparts, audible dans une bonne partie de la ville. Il permettait autrefois aux habitants de la ville de synchroniser leurs montres et marquait la pause repas et l’angélus de midi. La Citadelle abrite également le musée du 22e régiment, gardien de la mémoire des lieux. L’exposition permanente « Je me souviens » retrace 100 ans d’existence de l’unique régiment d’infanterie francophone de la force régulière des Forces canadiennes. Un espace est consacré à la première forteresse de Québec qui remonte aux années de la Nouvelle-France. La salle des médailles et différentes collections et archives complètent l’ensemble.


Plus d'infos: 
www.lacitadelle.qc.ca


Autres articles qui pourraient vous intéresser: 
Québec par ses premiers photographes
L'hôtel Château Frontenac
Le quartier Petit Champlain de Québec
Escapade à Québec - partie 1
Escapade à Québec - partie 2
Escapade à Québec - partie 3
Escapade à Québec - partie 4
Sur les chemins de la Nouvelle France