Sur les chemins de la Nouvelle-France

Le Chemin du Roy

Picture medium

Ce parcours tranquille vous raconte la grande et la petite histoire de la Nouvelle-France. Chaque localité ouvre son livre d’histoire par un panneau illustré résumant les grands moments et les anecdotes marquantes de ce pays rude et immense. Le chemin du Roy commence à Repentigny, à la sortie Est de l’île de Montréal. C’est en 1706 que le Conseil supérieur de la Nouvelle-France prend la décision de construire une route qui longe le fleuve, là où se trouvent les habitations.

Ce chemin reprenait pour l’essentiel les chemins coutumiers longeant le fleuve. Ce tracé « par l’usage » était distant de deux perches (12 mètres) au-delà de la ligne des plus hautes eaux et de la terre inondée. C’est Pierre Robineau de Bécancour, grand voyer de la colonie de 1699 à 1729, qui imagine et fait l’esquisse du tracé de cette route indispensable à la colonie. Son successeur, le grand voyer Eustache Lanouiller de Boisclerc fait entreprendre les travaux d’aménagement en 1731 grâce aux « corvées du Roy ». 

Au terme du chantier, en 1737, le Chemin du Roy fait 7,4 mètres (24 pieds français) de largeur et s’étire sur les 288 km à travers trente-sept seigneuries. C’est la première « route » en Amérique du Nord. Le voyage de Québec à Montréal nécessite alors quatre à six jours.


QUELQUES ÉTAPES

Tous les 15 kilomètres environ se trouvait un relais tenu par un maître de poste qui organisait le transport jusqu’au relais suivant.

À la saison hivernale, sur la glace des rives gelées du fleuve, on établissait des relais temporaires. Il n’y avait pas d’auberges. Les voyageurs se restauraient et dormaient chez l’habitant. C’est peut-être à cette époque que sont nés les « Couette et café » et la tradition de l’accueil à la québécoise.

Après Repentigny, vous allez traverser Lavaltrie et sa maison des contes et légendes. On vous y raconte les fabuleux boniments de la région et autres menteries de la Chasse Galerie que revendiquent les habitants de l’Outaouais. Le Café culturel de la Chasse-galerie est ouvert tous les jours (sauf le dimanche), de 9h à 17h au moins (jeudi et vendredi, jusqu'à minuit).

Plus loin, Maskinongé, dont le nom provient de l’algonquin et signifie brochet difforme. Vous arrivez à Louiseville, dont l’église est reconnue comme étant l’une des plus belles du Canada. Les magnifiques fresques qu’on peut y admirer ont été réalisées par le Père Antonio Cianci et sa nièce, Madame Olga Storaci Caron. Yamachiche, nom d’origine amérindienne, il signifie « rivière vaseuse ». 

Puis Trois-Rivières, la ville natale de plusieurs explorateurs de la Nouvelle-France et notamment de Pierre Gauthier de Varennes et de Lavérendrye (1685- 1749). Ses fils l’accompagnèrent dans ses voyages dans l’Ouest canadien. Il est le premier Européen à avoir atteint les Rocheuses.


Église Saint-Joseph, À Deschambault
©David Lang
Vieilles maisons, Portneuf.
©Yves Tessier-Tessima - OT de Québec

L’église de Louiseville.
© Boréal


À LA PÊCHE AUX HISTOIRES

« Quand l’histoire se raconte... » On y retrouve les trois célèbres personnages qui ont marqué l’histoire du domaine : l’héroïque Madeleine de Verchères qui aurait, à l’âge de 14 ans, résisté à une horde d’Iroquois déchaînés durant 8 jours; la bourgeoise Élisabeth Hale et l’Honorable premier ministre Honoré Mercier. Mais la localité est surtout connue pour sa tradition de pêche aux petits poissons des chenaux. L’histoire récente de cette pêche date de février 1938. 

La pêche sur glace au poulamon atlantique fait la renommée mondiale de Sainte-Anne-de-la-Pérade. Chaque hiver, des milliers de touristes viennent à Sainte-Anne pour vivre l’expérience de pêcher sur glace.

Plus loin, Deschambault-Grondines où subsiste un ancien relais au 260, chemin du Roy. Puis Cap-Santé, membre de l’Association des plus beaux villages du Québec. Vous arrivez à Donnacona. Vous y retrouvez, à la Pointe aux Écureuils, au 980, rue Notre-Dame un ancien relais de poste. C’est dans cette localité que de Gaulle, le 24 juillet 1967, déclara : « Je vois le présent du Canada français, c’est- à-dire un pays vivant au possible, un pays qui prend en main ses destinées. Vous êtes un morceau du peuple français. Votre peuple canadien-français, français-canadien, ne doit dépendre que de lui-même ». C’était quelques heures avant son « Vive le Québec libre ! ». 

Plus loin, Neuville, membre de l’Association des plus beaux villages du Québec, dispose d’une église qui possède un bon nombre de tableaux du célèbre peintre Antoine Plamondon, élève d’Horace Vernet

Attention, le chemin du Roy quitte la 138 à la sortie de Neuville pour rejoindre la rive du fleuve et vous conduit sur le Chemin Saint-Louis. Les panneaux « Chemin du Roy » sont moins nombreux pour arriver à Sillery, la banlieue de Québec. Le quartier et l’ancienne ville sont ainsi nommés en l’honneur de Noël Brulart de Sillery (1577-1640), commandeur de Troyes,ordonné prêtre en 1634. Celui-ci a rendu possible par une généreuse donation la création d’une mission des Jésuites dans l’anse Saint-Joseph, à l’emplacement de l’actuelle maison des Jésuites de Sillery.


                                                              Sainte-Anne-de-la-Pérade, Le domaine seigneurial Sainte-Anne.
                                                                                                            ©Fralambert



LA GRANDE ENTRÉE

De Sillery vous rejoindrez facilement les « Champs Élysées » de la Vieille Capitale : la Grande Allée. Les plaines du champ de bataille à votre droite, le parlement national à votre gauche. 

Vous êtes à la hauteur de l’hôtel Château Laurier situé juste en face du « blockhaus » de béton, édifice Jean Talon, l’un des sièges de l’administration du Québec. L’hôtel Château Laurier caché derrière des façades victoriennes offre le confort haut de gamme des grands hôtels américains. Certaines chambres ouvrent une vue sur les plaines du champ de bataille, site historique douloureusement gardé au fond de la mémoire des Québécois: c’est ici que le 13 septembre 1759, la France a perdu la bataille décisive qui fit basculer la Nouvelle-France dans la « Grande noirceur » de la domination britannique. 

Le soir, la Grande Allée ouvre une perspective vers la porte Saint-Louis illuminée.
C’est l’une des entrées du périmètre sacré intégralement classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Le chemin du Roy se perd dans la Vieille Capitale. Aujourd’hui on va directement sur l’autoroute 40, mais rien ne peut remplacer le charme de cette route historique.


                                                                                                    ©Ville de Québec



Carnet d'adresses : 

HOTEL CHÂTEAU LAURIER
1220 Place George V O, Ville de Québec
Tel: +1 (418) 522 8108
www.hotelchateaulaurier.com


CAFE CULTUREL DE LA CHASSE-GALERIE
1255 Rue Notre-Dame, Lavaltrie
Tel: +1 (450) 586 9569
chasse-galerie.ca
MAISON DES CONTES ET LÉGENDES DE LAVALTRIE
1251, rue Notre-Dame, Lavaltrie
Tel: +1 450 586 2921
www.maisondescontes.ca



Plus d'infos:

www.lecheminduroy.com


Autres articles qui pourraient vous intéresser:
Québec par ses premiers photographes
Les bonnes adresses de Trois-Rivières
Les incontournables de Trois-Rivières - partie 1
Les incontournables de Trois-Rivières - partie 2
Les jeux authentiques d'hiver
Plein air hivernal en Mauricie et en Lanaudière - partie 1
Plein air hivernal en Mauricie et en Lanaudière - partie 2
Un week end à Trois- Rivières
Le quartier Petit Champlain de Québec
375e anniversaire de la ville de Montréal
Montréal, la ville aux cent clochers - partie 1
Montréal, la ville aux cent clochers - partie 2
Randonnée à l'île d'Orléans via le compostelle québécois
Escapade à Québec - partie 1
Escapade à Québec - partie 2
Escapade à Québec - partie 3
Escapade à Québec - partie 4
Mémoire de bâtisseurs - partie 1
Mémoire de bâtisseurs - partie 2
L'urbanité conviviale au Québec authentique - partie 1
L'urbanité conviviale au Québec authentique - partie 2