Randonnée à L’île d’Orléans via le Compostelle québécois

Une 3e marche à son menu

Picture medium

Photo: Les maisons d'époque sont nombreuses sur l'île, 
comme à Saint-Jean de l'île d'Orléans, membre de l'association 
des plus beaux villages du Québec.


Lancé en 2008 par deux férus de randonnée pédestre souhaitant faire découvrir leur province lacets au vent, le Compostelle québécois a ajouté un nouveau chemin à son tableau. Il s’étend de Québec à Sainte-Anne-de-Beaupré via l’île d’Orléans. La première édition a eu lieu au début du mois d’octobre, et il en a fait voir de toutes les couleurs aux participants.  


 
Entre Saint-Jean et Saint-François, 
ce tronçon de 2-3 kilomètres au bord de l'eau 
figure au chapitre des beaux moments de cette marche.


Une semaine. Doris Lajoie n’aura pas perdu de temps pour organiser et boucler les inscriptions de la 3e marche du Compostelle québécois*, co-fondé en 2008 avec son vieux complice Jean-Marc Donahue, rencontré sur le chemin du mythique Saint-Jacques de Compostelle européen. De cette amitié est née l’idée d’importer ce qu’ils avaient vécu sur le Vieux Continent, avec pour ambition de faire découvrir leur province à la force des mollets. Et plutôt deux fois qu’une, avec l’option Rive-Nord (du Saint-Laurent) d’un côté, et Rive-Sud de l’autre. Deux périples de 350 km étalés sur 15 jours, au départ du sanctuaire de Beauvoir, près de Sherbrooke dans les Cantons-de-l’Est, et à destination de Sainte-Anne-de-Beaupré, un lieu de pèlerinage célèbre pour sa basilique, situé dans les environs proches de Québec.

* Le nom a été déposé auprès du gouvernement québécois.

 
Les paysages sont particulièrement 
envoûtants au petit matin...


UN FESTIVAL DE COULEURS
La petite dernière reprend une partie du tracé Rive-Sud, proposé chaque année en juin (septembre pour la partie Nord), qui doit sa popularité à son incursion sur l’île d’Orléans, dont la porte d’entrée fait face à la majestueuse chute Montmorency, plus haute que celles de Niagara au passage. D’où l’idée de proposer une virée axée principalement sur cette terre fertile autrefois considérée comme le grenier du Québec et aujourd’hui propice à l’agro-tourisme, notamment les pommes et leurs dérivés. Et cela durant une période – l’automne – où les arbres sont en feu. Un agréable réconfort quand les kilomètres commencent à peser dans les jambes.

Vente de citrouilles sur le chemin menant à Sainte-Pétronille.

Léonce Plante devant son kiosque


L'OMBRE DE FÉLIX LECLERC


 

Le parc maritime de Saint-Laurent constitue 
une halte très agréable et instructive !

Pour la première édition, organisée du 2 ou 8 octobre derniers, une vingtaine d’amateurs ont répondu à l’appel, pour la plupart des retraités habitués aux longues distances, impatients d’assister à la symphonie des couleurs sur ce territoire ancestral aux villages gavés de belles maisons, dont Sainte-Pétronille, à l’extrémité sud-ouest. L’étape du premier dodo, avec sa vue imprenable sur la ville de Québec et sa chocolaterie, très courue des gourmands, qui compte une sœur jumelle à Saint-François, à une quarantaine de kilomètres de là, où une grande tour offre un panorama saisissant sur les paysages alentours. Le parc maritime de Saint-Laurent, un site pittoresque dédié à la construction navale en bois, celui consacré aux aïeux à Sainte-Famille (l’hommage aux anciens est omniprésent sur l’île), ou encore le cimetière de Saint-Pierre, où repose l’icône Félix Leclerc (on y croise aussi une imposante sculpture en métal), sont d’autres endroits qui méritent une escale.

La chocolaterie de Saint-François côté jardin.




Le parc de nos Aïeux à Sainte-Famille constitue 
une halte de choix à mi-chemin entre 
Saint-François et Saint-Pierre.


UNE MARCHE TRÈS ACCESSIBLE

 

La traversée du pont menant à l'île d'Orléans 
est une expérience en soi !


Plus courte que ses aînées, avec quelque 130 km accomplis en 7 jours, cette tournée pédestre s’avère idéale pour les débutants, avec peu de dénivelé, la seule montée éreintante pour le cœur se situant à l’entrée de l’île, dans le prolongement du pont, long de 2 km environ, dont la traversée constitue à elle seule une expérience, surtout quand le vent s’en mêle, comme ce fut le cas pour cette première édition, avec des rafales de 70 km/h.

Côté hébergements, les marcheurs établissent leurs quartiers dans des centres communautaires, excepté à Sainte-Pétronille, où ils déroulent leurs sacs de couchage et leurs matelas de sol dans le presbytère. Les plus chanceux peuvent même profiter d’un des 8 lits compris dans ce bâtiment qui a belle allure. Il va sans dire que le confort reste rudimentaire dans ce genre d’aventure, où il faut parfois se contenter d’un lavabo pour faire sa toilette. Oubliez les bains à bulles et les plumards de 3 mètres de large.


Le presbytère de Sainte-Pétronille, première 
pause dodo  des marcheurs en arrivant sur l'île.

UNE AMBIANCE DE GROUPE


Vue de l'auberge Chaumonot, d'où les marcheurs peuvent 
longer le fleuve jusqu'à Saint-François.


Chaque expérience possède son propre caractère et celles que propose le Compostelle québécois se veulent collectives, avec leurs repas communautaires et tâches partagées. Une vie de groupe qui ne conviendra peut-être pas aux caractères solitaires ou autonomes. Mieux vaut être prévenu. La perspective de devoir longer la route sur une grande partie du chemin peut aussi rebuter. Cela étant dit, on ne progresse pas non plus sur une autoroute, et la 368 qui serpente sur l’île reste très agréable, d’autant que le Saint-Laurent fait souvent sentir sa présence et que le décor tient plus de la carte postale que de l’usine d’incinération à déchets. On a connu des cadres pour marcher bien pires ! Une mention spéciale au passage à la portion qui longe le fleuve, sur environ 3 km, entre Saint-Jean et Saint-François, au départ de l’Auberge Chaumonot. Ajoutez à cela un ciel bleu, des arbres qui vous en mettent plein les mirettes et un peu de vent pour ventiler les dessous de bras, et vous comprendrez que les participants aient plébiscité ce tronçon, au même titre que le Dépanneur du quai, un petit havre charmant où l’on cultive le sens de l’hospitalité !



Le sommet de la tour située à Saint-François 
offre une vue magnifique sur les alentours.


Les marcheurs rencontrés lors de cette randonnée 2016 bénie des cieux s’accordaient en tout cas pour souligner la disponibilité de leur “berger“ Doris, dont le parler trahit parfois les origines néo-brunswickoises. Ce dernier veille au grain tout au long du trajet, se chargeant de véhiculer la nourriture - et accessoirement un pèlerin victime d’un coup de fatigue ou d’un pépin physique - mais aussi un peu de matériel de cuisine et les matelas de sol de chacun. C’est aussi lui qui chaque soir dresse un petit topo sur le programme du lendemain, en évitant d’être trop directif, chacun étant libre d’organiser sa journée comme il l’entend. Et puis c’est une marche, pas une course de vitesse !

Le Dépanneur du quai à Saint-François, 
où l'on a le sens de l'accueil !

RENDEZ-VOUS EN 2017
L’engouement suscité par ce Compostelle insulaire a convaincu son instigateur de remettre le couvert en 2017, et sans doute les années suivantes. Des candidats ont d’ailleurs déjà manifesté leur intérêt pour l’an prochain. L’attraction de l’île y est pour beaucoup, mais aussi l’ambiance que Doris, épris de littérature et de philosophie, a su créer. Elle est à l’image du personnage : respectueuse et conviviale. Un personnage qui parachève ses courriels avec cette citation de Voltaire : « Le paradis est ici. »



Paysage au petit matin...


Une maxime que l’on reprend volontiers au petit matin, sur cette terre chère aux Québécois, où le poète Félix, un de leurs plus illustres ambassadeurs, a passé les 20 dernières années de sa vie avant d’y poser ses souliers pour l’éternité. Quand la brume voile encore les paysages assoupis, la magie de l’instant présent se fait plus intense, et la beauté n’attend plus qu’un signe du soleil pour étirer ses bras…



Une grande sculpture dédiée au poète national Félix Leclerc se dresse à l'entrée du Sentier d'un flâneur...

Suivre le blog d'Olivier Pierson

Carnet d'adresses:

DÉPANNEUR DU QUAI
3523, chemin Royal
St-François de l'île d'Orléans
+1 418 203 0833
depanneurduquai.com

AUBERGE CHAUMONOT - semble fermée définitivement
425 Chemin Royal
St-François de l'île d'Orléans
+1 418 829 2735
aubergechaumonot.com

FERME LÉONCE PLANTE
7385 Chemin Royal
St-Laurent-de-l'Île-d'Orléans
+1 418 828 9877
ferme-leonce-plante

PARC MARITIME DE SAINT-LAURENT
120 Chemin de la Chalouperie
St-Laurent-de-l'Île-d'Orléans
+1 418 828 9672
parcmaritime.ca

CHOCOLATERIE DE SAINT-FRANÇOIS
8330, chemin Royal
Sainte-Pétronille de l'Île d'Orléans
+1 418 828 2252 / Sans-frais: 1-800-363-2252
ou
3501, Chemin Royal
St-François de l'île d'Orléans
www.chocolaterieorleans.com
PARC DE NOS AIEUX
2485, chemin Royal
Sainte-Famille -de-l'Île-d'Orléans
+1 418 829 0330
www.fondationfrancoislamy.org/fr



Autres articles qui pourraient vous intéresser:
Randonnées au Québec
La Belle Histoire, la maison Félix Leclerc
Quand Nature rime avec culture
La mosaïque maritime - Bas-Saint-Laurent
La mosaïque maritime - Gaspésie
La mosaïque maritime - Îles-de-la-Madeleine
La mosaïque maritime - Côte-Nord
Bain de couleurs à Saint-Sauveur et ses environs
Histoire et patrimoine dans les Laurentides
Saveurs et terroirs dans les Laurentides
Terroir à croquer
Le Québec sur son trente-et-un: le réseau Hôtellerie Champêtre