Pourvoyeur de beaux souvenirs

Le Camp Bonaventure

Picture medium

Pour les pêcheurs de grande expérience comme pour les néophytes, il n’y a rien comme faire affaire avec un pourvoyeur. C’est au Camp Bonaventure que j’ai réservé mon séjour de pêche au saumon. Assurément l’un des meilleurs établissements du genre en Amérique du Nord.

Le Camp Bonaventure est installé sur la rive de la rivière Bonaventure en Gaspésie, renommée pour ses eaux extraordinairement limpides. Même dans 10 mètres d’eau, on voit nager les saumons au fond. Le Camp Bonaventure possède les accès et droits de pêche sur plus de 125 km de cours d’eau, sur trois rivières à saumons mythiques : la Bonaventure, la Petite Cascapédia, aussi reconnue pour ses eaux cristallines, mais surtout pour ses gros saumons, et la Cascapédia, dont les saumons de plus de 20 kg ont fait la renommée dans le monde entier.

©Camp Bonaventure

LE GRAND CONFORT
Le patron, Glenn LeGrand, me fait visiter les lieux. Les bâtiments impeccablement entretenus sont plantés sur un grand domaine lui aussi superbe. De grands bouleaux blancs poussent çà et là dans la pelouse verte. Pas une brindille ne dépasse, pas une feuille morte par terre, pas un mur auquel il faudrait quelques coups de pinceau. À l’intérieur, je trouve une salle de séjour et une salle à manger aménagées avec goût. Au centre, un foyer de 9 mètres de hauteur, construit en pierres de rivière. Ma chambre est grande et bien éclairée. Le plafond doit bien être à 10 mètres ! J’ai même mon propre salon équipé de gros fauteuils et de grandes baies vitrées avec vue sur la rivière. Le grand confort. Glenn m’invite ensuite à la salle du matériel de pêche. Chaque pêcheur y dispose d’un espace de rangement privé. La salle est également équipée de chauffage radiant pour y faire sécher le matériel durant la nuit. Sur une table, du café frais et un grand bac rempli de bouteilles de bière sur la glace. Pour ceux qui ne possèdent pas leur propre équipement, tout est fourni : canne, mouche, bottes, etc.


DE LA TABLE À LA RIVIÈRE
C’est l’heure du repas. Dans la salle de séjour adjacente à la salle à manger, je rencontre les autres pêcheurs : deux Américains et quatre Danois. Tous sont des voyageurs qui ont pêché un peu partout dans le monde. Des passionnés. On nous offre d’abord des hors-d’oeuvre et l’apéro, puis nous sommes invités à passer à table. Au menu : noix de saint-jacques, puis côte de boeuf. C’est copieux et délicieux. Les conversations tournent autour de la pêche de demain. Tous s’entendent à dire que même si le saumon de 10 kg n’est pas au rendez-vous, ce sera une superbe journée. Tôt le matin, je rencontre mon guide, Marc Poirier. Ses connaissances approfondies des rivières gaspésiennes et son talent à enseigner les bonnes techniques de pêche en font l’un des meilleurs dans son domaine. Marc range tout l’attirail dans son 4 X 4 et nous voilà partis. Autour de nous : la forêt. Quand nous avançons dans l’eau, je sens le fort courant froid qui cherche à me déstabiliser. Marc me tend ma canne, m’indique exactement où je dois placer ma mouche et corrige ma technique. Poser sa mouche sur l’eau au bon endroit est un sport en soi. J’en oublie que je suis ici pour pêcher le saumon jusqu’au moment où celuici touche ma mouche. Je le sens au bout de la ligne et je peux le voir à travers les eaux limpides. Concentré sur cette ombre au fond de l’eau, je dépose ma mouche à la surface encore et encore sans que le poisson n’y porte attention. Il prend plaisir à me voir travailler aussi fort. La journée s’achève. Le saumon croit avoir gagné, mais le grand gagnant, c’est moi : j’ai passé la plus belle journée de pêche de toute ma vie, même si je n’ai rien attrapé.

©Camp Bonaventure

©Camp Bonaventure




PLUS D'INFOS
Tél. : +1 418 534 3678. www.campbonaventure.com