Portrait: Samian

Plume d'or et micro d'argent

Picture medium

Poète des temps modernes, le rappeur métis originaire de la communauté algonquine de Pikogan porte fièrement les couleurs de son peuple. Artiste engagé, il défend bec et ongles les droits des Autochtones de par le monde, sans oublier la jeunesse qui l’inspire tant et la Terre Mère qui nous nourrit tous. Portrait d’un homme aux valeurs bien ancrées, un artiste aux talents multiples.

Fier de ses racines et de l’histoire millénaire des différentes nations du pays, Samian dépeint leur quotidien, parfois de manière dure, tantôt avec un bel espoir pour le futur. Son histoire débute en 2004, alors qu’il est révélé par le Wapikoni Mobile, un studio ambulant offrant aux jeunes Autochtones de la formation et de la création
audiovisuelle et musicale. Depuis, tels des astres parfaitement alignés, sa carrière l’a mené aux quatre coins du globe à la rencontre des peuples qui l’habitent.

RHYTHM AND POETRY
C’est sous l’étiquette des Disques 7e Ciel, une compagnie de disques fondée par Anodajay en Abitibi, qu’ont paru les trois albums de Samian : Face à soi-même (2007), Face à la musique (2010) et Enfant de la terre (2014). Si les deux premiers sont nettement plus revendicateurs, la plume du rappeur s’est adoucie sur le dernier opus, où se dévoilent la foi, la spiritualité et l’authenticité de l’artiste, le tout dans un univers musical plus éclaté, empruntant au jazz, au rock, aux musiques du monde. Paru en 2012 en contestation au projet controversé de développement du gouvernement libéral de l’époque, l’extrait Plan Nord s’y retrouve en version acoustique, un morceau qui ne laisse personne indifférent… Un recueil de chansons sélectionnées de ses trois albums a d’ailleurs été publié en 2015 par les éditions Mémoire d’Encrier, La plume d’aigle, que nous vous recommandons sans réserve. Comble de bonheur, Samian nous prépare tranquillement un nouvel album qui marquera le retour aux sources, au bon vieux « old school », épaulé par son inséparable acolyte DJ Horg et la douce voix d’Esmeralda.

LE « GLOBE-PHOTOGRAPHE »
Aventurier dans l’âme et chasseur d’images autodidacte, il n’est pas étonnant qu’il ait ajouté cette corde à son arc. Alors qu’il n’était âgé que d’environ 7-8 ans, le déclic s’est fait à la découverte d’une vieille boîte remplie de photos en noir et blanc prises par son père. La vocation se confirmera en 2012 et, depuis, il trimbale son oeil vif et ses appareils photo (dont son nouveau jouet, un Leica M Monochrom) sur tous les continents ou presque. L’être humain le séduit, le fascine, et c’est ce sujet qu’immortalise Samian dans ses clichés, principalement la pureté des enfants et la sagesse des personnes âgées, qui s’expriment dans leur regard. Et comme tout travail fait avec passion et talent, la reconnaissance ne tarde jamais à se pointer le bout du nez. C’est ainsi qu’il a pu réaliser sa toute première exposition, « Enfant de la terre », à la Place des Arts au printemps 2016. Celle-ci regroupait une trentaine de clichés en noir et blanc croqués sur le vif lors de ses périples. Et son « bébé » prend maintenant son envol pour une tournée qui le mènera aux quatre coins de la province, et peut-être même au-delà, qui sait.

© Valérie Fortier

LE GUERRIER TRANQUILLE
La jeunesse tient à coeur Samian, tout comme les valeurs de justice sociale et de paix, sans oublier la reconnaissance et le respect envers les peuples autochtones. Véritable modèle pour les jeunes, il prend le temps de les rencontrer et d’échanger avec eux par le biais de conférences organisées en milieu scolaire. Il est également le parrain de la Fondation Nouveaux Sentiers qui oeuvre pour l’amélioration des conditions de vie des enfants, des jeunes et des familles des Premières Nations. Un spectacle bénéfice s’est d’ailleurs tenu en mai dernier, auquel Samian a participé aux côtés d’autres artistes de la province. Guerrier tranquille à la plume aiguisée, son implication fut formidablement bien soulignée cette année. Il s’est mérité le prix Artiste pour la paix 2015 en février dernier, une reconnaissance attribuée par le groupe du même nom à un artiste québécois s’étant illustré dans la promotion de la paix et de la justice sociale, puis, en mai, ce fut au tour de l’organisme ENSEMBLE pour le respect de la diversité de remettre le Prix de la diversité Paul-Gérin-Lajoie 2016 à Samian pour sa promotion du respect de la diversité et l’inclusion. Des honneurs bien mérités, chapeau !

© Jacques Dupont

PLUS D’INFOS
www.samian.ca
www.facebook.com/samianofficielle
www.facebook.com/samianphotographie