Observation des baleines au Québec

Rencontres avec le grand mammifère marin

Picture medium

Si vous venez au Québec pour voir des baleines, vous avez fait le bon choix. Avec treize espèces répertoriées dans l’estuaire et le Golfe du Saint-Laurent, la Belle Province fait figure d’endroit rêvé pour la découverte de ces animaux fascinants. Une activité très populaire et encadrée, pour ne pas nuire à la tranquillité de l’animal.

Elles fascinent, mettent parfois la patience et la pupille à rude épreuve, et on vient du monde entier pour tenter de les apercevoir. Au Québec, et plus précisément dans sa partie maritime - un immense territoire comprenant les régions du Bas-Saint- Laurent, de la Côte-Nord et de la Gaspésie - les baleines sont de véritables vedettes.


RESPECTER LES RÈGLES D'APPROCHE

Les activités permettant de les observer dans leur milieu naturel ont le vent en poupe, avec pour conséquence de cet engouement le risque de déranger ces animaux majestueux, qui viennent se nourrir, de mai à novembre, dans les eaux plantureuses du Saint-Laurent. Pour encadrer les pratiques d'approche, Pêches et Océans Canada a établi un règlement qui s'applique, depuis 2007, aussi bien aux embarcations,, commerciales ou de plaisance, qu'aux plongeurs. Et même aux aéronefs qui survolent les eaux. Bref, on ne plaisante pas avec la tranquillité de ces géants marins...


SUR LA TERRE OU EN MER 

Pour mettre toutes ses chances de son côté, mieux vaut privilégier un des sites de prédilection des 13 espèces observables au Québec, dont le rorqual bleu, le plus grand de tous. Le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent est sans doute le plus connu, avec des départs de Tadoussac et Baie-Sainte-Catherine (Côte-Nord), ou encore Rivière-du-Loup et Trois-Pistoles (Bas-Saint-Laurent). La réserve du parc national de l'Archipel-de-Mingan, sur la Côte-Nord Duplessis, et le parc Forillon, en Gaspésie, sont d'autres endroits à surveiller. Si beaucoup de compagnies de croisière offrent des excursions en mer, de mai à octobre, on peut aussi se contenter du rivage. La fameuse Route des baleines, qui s’étend de Tadoussac à Natashquan, en est le plus bel exemple, avec son chapelet de sites d’observation parmi les meilleurs de la province, comme à Baie-Sainte-Catherine, à l’embouchure du fjord du Saguenay, ou à Pointe-des-Monts et son phare champêtre.




EN KAYAK: L'EXPÉRIENCE ULTIME

Il existe bien des façons d’observer les cétacés, dont les expéditions en bateau, qui ont bonne réputation au Québec pour leur qualité d’interprétation et leur esprit écotouristique. L’expérience sera vécue différemment au raz de l’eau, comme sur les canots pneumatiques, en compagnie là encore de guides naturalistes. Les puristes de la cause animale opteront pour le kayak, pour sa discrétion et la proximité avec les baleines.
Émotion garantie!
                                                                                                        © U. Tsherter/ORES


SEPTEMBRE OU OCTOBRE: LE MUST !
DE JUIN À OCTOBRE, LES PLUS FORTES CHANCES POUR LE FACE À FACE !

Les géants du Saint-Laurent sont plutôt nomades, voguant pour la plupart vers d’autres horizons une fois la belle saison terminée. Ils sont généralement nombreux et actifs en septembre et octobre. On notera aussi que la météo a peu d’influence sur le comportement de ces mammifères qui ont besoin de respirer. Mais les conditions d’observation en dépendent. Le nec plus ultra : une journée calme et sans vent. Quant à l’appareil photo, on en fera un usage réfléchi. Car il faut profiter pleinement de cet instant magique où elles remontent à la surface. Un souvenir qui ne jaunit jamais!
                                                                                                  © Le Québec maritime


LE CENTRE D’INTERPRÉTATION DES MAMMIFÈRES MARINS
Avec en moyenne 30 000 visiteurs chaque année, le Centre d’interprétation des mammifères marins (CIMM) de Tadoussac est le musée le plus visité de la Côte-Nord. On y découvre entre autres l’univers fascinant des baleines, par le biais d’une exposition interactive. La visite est une bonne préparation avant une sortie en mer… ou une alternative intéressante pour ceux qui se sentent plus à l’aise sur la terre ferme. À travers ses animations, le CIMM vise à sensibiliser le public à la préservation d’un milieu envoûtant, comme peuvent l’être les chants
sous-marins des cétacés…
www.gremm.org
                                                                                      © J.-P. Sylvestre/Le Québec maritime


Autres articles qui pourraient vous intéresser:
La Côte-Nord - partie 1
La Côte-Nord - partie 2
La mosaïque maritime - partie 1 - Le Bas-Saint-Laurent
La mosaïque maritime - partie 2 - Gaspésie
La mosaïque maritime - partie 3 - Les Îles de la Madeleine
La mosaïque maritime - partie 4 - La Côte-Nord

OBSERVATION DE LA FAUNE DU QUÉBEC:
L'Eider à duvet
La grande oie des neiges
Le Harfang des neiges
Le Caribou Migrateur
Le Huard
Fragile roi des rivières, le saumon d'atlantique
L'incroyable bestiaire
Le Fou de Bassan

Le Faucon Pèlerin