Montréal, la ville aux cent clochers - Partie 1

Patrimoine religieux

Picture medium

Saviez-vous qu’à l’instar de Dijon en Bourgogne, Liège en Belgique ou Prague en République tchèque, Montréal était surnommée « la ville aux cent clochers » ? Pour mieux comprendre, il faut se trouver aux premières loges, sur le belvédère du Mont-Royal ou du haut de la tour du stade olympique. Puis sur la terre ferme, pour partir à la découverte de ce riche patrimoine qui, sans rivaliser avec les gratte-ciel, coiffe la métropole.


UN PEU D'HISTOIRE                                                                                                                                               A la fin du XIXe siècle, l’évêque de Montréal, Mgr Bourget, invite les communautés religieuses à construire de somptueux lieux de culte. Leurs clochers pointent encore fièrement vers le firmament. Certains atteignent jusqu’à huit étages de haut. L’église était jadis la fierté d‘un quartier. Sa beauté refletait la richesse de la paroisse. Sur l’île de Montréal ont ainsi été érigées plus de six cents églises, qui parfois ne sont éloignées des unes des autres que d’un jet de pierre. Comme certaines arborent deux clochers, on peut affirmer que plus de mille clochers pointent. Vous n’avez que quelques pas à faire pour vous rendre d’un parvis à l’autre.


                                                                                   © L'oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal


UNE VILLE MULTICONFESSIONNELLE                                                                                                                    Montréal accueille dans chacun de ses quartiers au moins une église pour les catholiques, une pour les Irlandais, une autre pour les protestants... Plusieurs lieux de culte catholique aujourd’hui sont délaissés pour de nouvelles traditions issues de l’immigration. Une association sikhe investit une église anglicane, les adventistes acquièrent une église catholique... Les églises sont vendues aux autres confessions tels les calvinistes,les bouddhistes, les orthodoxes ou les juifs...


L'ART DE LA RECONVERSION                                                                                                                         Certaines d’entre elles sont appelées, faute de fréquentation, à changer de vocation. À Montréal, plus de 250 bâtiments ont été convertis en bibliothèques, restaurants, résidences... Et 70 ont été démolies depuis 100 ans. Le dimanche, au sous-sol de l’église Sainte-Claire raisonne les numéros B5, N39, G48 : les amateurs de Bingo se réjouissent. Au sous-sol de l’église du Saint-Rédempteur, un combat de lutte attend une centaine de familles. Tandis que la salle de concert Bourgie située dans une église patrimoniale a permis de conserver un lieu ecclésiastique historique. La découverte de Montréal par ses clochers vous réserve quelques surprises !


HISTOIRE DE CLOCHES                                                                                                                                        Jadis, à midi et à 6 heures sonnaient les cloches. Les églises ont marqué les heures. Montréal, la ville
des cent clochers raisonnait de partout. Le dôme le plus haut de la métropole, celui de l’Oratoire St-Joseph, est démuni de cloches. C’est quand même ici que sonne un des onze carillons canadiens. Une dizaine de fois par semaine, une douce musique envahit le mont Mont-Royal. Les cinquante-six cloches de cuivre et d’étain logent sous un petit campanile à tous les vents, neige ou pluie.

                                                                © André Carpentier / flaneriesdumercredi.wordpress.com


En savoir plus sur le tourisme religieux à Montréal et au Québec:
www.tourisme-montreal.org
www.patrimoine-religieux.com 
www.sanctuairesquebec.com                                                                  


Lire la partie 2