Montréal côté urbain

La ville sous la ville

Picture medium

Boutiques, restaurants, banques, grands hôtels, salles de cinéma... Et oui, vivre de façon souterraine c'est possible!

En 1962, la Place Ville-Marie conçue par le célèbre architecte Ieoh Ming Pei ouvre ses portes. Sa tour cruciforme de 47 étages couvre une immense galerie commerciale reliée à la gare Centrale par un tunnel passant sous le nouveau square Dorchester. On rêve alors d’une véritable ville souterraine avec des rues pour piétons qui porteraient des noms, comme en surface, et déboucheraient sur des places publiques servant de lieux de rassemblement pour des spectacles. 

Les différentes crises politiques et économiques qui animent le Québec dans les années 70 et 80 ont vite raison de ce projet audacieux. D’ailleurs, les Montréalais eux-mêmes n’aimaient pas vraiment cette idée de s’amuser en respirant de l’air conditionné sous une lumière artificielle. 

Quand aux propriétaires des tours de bureaux, ils voyaient d’un mauvais œil le développement sous leurs pieds de lieux accueillant des foules bigarrées créant une certaine insécurité. La ville souterraine s’est bien développée au fil des décennies, mais elle s’est contentée de relier des tours de bureaux et des « centres d’achat » le long des lignes de métro.

Le Montréal souterrain reste avant tout un lieu de passage, une façon pratique de se déplacer d’un lieu à un autre sans avoir à subir les intempéries ou simplement pour gagner du temps. C’est aussi une manière agréable pour les dizaines de milliers d’employés du centre-ville de se restaurer le midi ou faire quelques achats sans avoir à enfiler un manteau. Le Montréal souterrain contiendrait d’ailleurs près de 12 % de tous les commerces du centre-ville. Mais, cassons le mythe, il n’y a pas de vie nocturne souterraine trépidante dans le Montréal souterrain.

Le centre commercial du complexe Desjardins 
et sa grande fontaine.


EXPLORER LE «RÉSO»
Depuis 2004, toutes les galeries souterraines ont été regroupées sous le terme de Réso. On trouve dans les couloirs du métro et dans différents points névralgiques des plans de ce « Réso » ainsi que des indicateurs pour se rendre aux différents tunnels de passage. On peut distinguer trois différents complexes dans ce réseau souterrain. Le premier s’articule autour du métro McGill et il relie sur un axe est-ouest le grand magasin La Baie, les galeries de la Cathédrale (sous la cathédrale anglicane Christ Church), le complexe Les Ailes de la mode et le centre Eaton; il se poursuit avec la place Montréal Trust réputée pour ses décorations de Noël, puis les Cours Mont-Royal, un ancien hôtel luxueux transformé en complexe commercial haut de gamme. Du centre Eaton, on peut rejoindre le deuxième grand centre articulé autour de la place Ville Marie et de la gare Centrale. On y retrouve les sous-sols de la Place Bonaventure (un grand centre d’exposition), ceux du célèbre hôtel Reine Elizabeth, du Hilton centre-ville et de la grande tour du 1000 de la Gauchetière haute de 205 m et 51 étages.



©Il se baladait


GRANDS CENTRES ET SATÉLLITES
Le troisième centre part de la Place des Arts, grand rendez-vous des festivals d’été et des spectacles. On n’y compte pas moins d’une trentaine de salles, la plupart accessibles depuis le Réso. On y retrouve notamment la salle Wilfried Pelletier, l’Opéra, l’orchestre symphonique de Montréal et les grands Ballets Canadiens. De là, en se dirigeant vers le sud, on traverse le complexe Desjardins dont le hall haut de 80 pieds (24 m) est orné d’une grande fontaine centrale. Viennent ensuite le complexe Guy Favreau, édifice principal du gouvernement fédéral proche de Chinatown, et le Palais des Congrès avec sa forêt d’arbres roses... À ces trois grands centres reliés entre eux, on peut ajouter les petits satellites. Ils sont formés des complexes souterrains des métros Berri-UQAM et Guy Concordia (tous deux construits sous une université), de la place Alexis Nihon au Métro Atwater et du complexe formé autour des appartements de la Cité une tour d’habitation reliée à un cinéma, d’un club de gym avec piscine, d’une clinique et de restaurants, de cafés et de nombreuses boutiques.
Autant d’activités quotidiennes praticables sans mettre le nez dehors!






UN EXEMPLE INSPIRANT
Si le Montréal souterrain fascine aujourd’hui plus les touristes que les Montréalais eux-mêmes, le concept inspire d’autres grandes villes. Toronto, la plus grande métropole du Canada développe activement sa ville intérieure et c’est le cas également de Moscou à l’autre bout de la planète. À l’avenir, ces deux cités pourraient même ravir à Montréal le titre de plus grande ville souterraine au monde.
La métropole québécoise garde toutefois une longueur d’avance. Le développement de l’activité commerciale de son centre-ville acculé au Mont-Royal, zone naturelle protégée, passera probablement par l’agrandissement de son secteur en sous-sol.
Bientôt, de nouvelles grandes tours viendront s’ajouter aux gratte-ciel existants. Elles voudront sans aucun doute, elles aussi, être reliées au « Réso ».


Dans le hall du Palais des congrès, « Nature légère » de Claude Cormier.



Nos coups de cœur du Montréal souterrain:

LE MUSÉE GRÉVIN
La toute nouvelle attraction montréalaise expose plus
de 120 statues de cire de personnalités qui ont
marqué l’histoire du Canada, du Québec et de la
France. L’accès se fait au 5e niveau du Centre Eaton.
705, rue Saint-Catherine Ouest, métro McGill.
Tél. : + 1 514 788 5211
LA SALLE DES PAS PERDUS (GARE WINDSOR)
Avec ses allures de château médiéval, la gare Windsor dont la construction débuta en 1887 a de quoi intriguer le visiteur, d’autant plus que, depuis 1991, plus aucun train ne l’emprunte. Longue cathédrale de verre et de métal, la salle des pas perdus a été préservée. À son extrémité, un monument intitulé l’Ange de la Victoire est dédié à la mémoire des employés du Canadien Pacifique morts au combat durant les deux guerres mondiales.
Accès par les métros Lucien L’Allier ou Bonaventure.
   
L’ANCIENNE RUELLE DES FORTIFICATIONS
Située dans le Centre de Commerce mondial, c'est une immense verrière créant un atrium où l’on peut voir un morceau du mur du Berlin et une grande fontaine majestueuse ornée d’une sculpture d’Amphitrite. Pour la petite histoire, cette statue a été importée d’une petite ville du département français de la Meuse.
Accès par le métro Square Victoria. 
MUSÉE D'ART CONTEMPORAIN
Le MAC est également un incontournable et il ne faut pas rater les nocturnes qui allient musique et art. Accès par le métro et les souterrains de la Place des Arts.

185 Rue Sainte-Catherine.
 Tél. : + 1 514 847 6226
Consulter la fiche Best of Québec
 www.macm.org



Autres articles qui pourraient vous intéresser:
Montréal tellement... cosy ! - Le chic pour vous mettre dans de beaux draps
Montréal tellement… savoureuse - L'île des tentations gourmandes
Montréal derrière ses canadiens - La grande messe du Hockey
Le vieux-Montréal
Le musée des beaux arts de Montréal à l'heure du 375e
375e anniversaire de la ville de Montréal
Le Montréal des gastronomes
Une destination "foodesque" - Montréal