Mon traîneau chez les Inuits

Un monde à découvrir

Picture medium

Mieux connu sous le nom de Grand Nord du Québec, le Nunavik, cette terre indéfinie où l’hiver est roi plus de la moitié de l’année, se laisse magnifiquement apprivoiser en traîneau à chiens. C’est aussi dans le silence immaculé de la toundra que la nature des Inuits se révèle à son meilleur. Aurores boréales en prime...

Comme ce n’est pas la porte à côté, le Nunavik reste encore bien secret pour les Québécois eux-mêmes. À quelques heures d’avion de Montréal, c’est un tout autre univers qui attend les visiteurs. Le dépaysement est total bien que cette région nordique recouvre à elle seule les deux tiers de la Belle Province. Mais les Inuits, d’une chaleur qui fait contraste avec le climat arctique, auront vite fait de mettre à l’aise les plus timides.



L'AVENTURE À QUATRE PATTES

Autrefois nomades, les Inuits s’évadent aussi souvent qu’ils le peuvent dans la toundra, laissant derrière eux le quotidien du village. Bien que la plupart se déplacent aujourd’hui en motoneige, certains puristes élèvent encore des chiens de traîneau. Ces fidèles compagnons ne demandent pas mieux, eux aussi, que d’aller se dégourdir. Ils ne se font pas prier pour tirer leur lot, hurlant d’enthousiasme jusqu’au départ. Assis auprès du maître musheur, à ras du sol, avec pour seule musique le halètement de ces gros toutous et le crissement des patins du traîneau sur la neige, on les laisserait bien nous emporter jusqu’au bout du monde. On comprend vite le bonheur qu’éprouvent les Inuits à parcourir ces vastes et chastes étendues.

                                                                  Apprendre à construire un igloo, fendre l’infinie toundra à bord
                                                          d’un traîneau à chiens : des expériences à vivre sur cette terre nommée
                                                                    Nunavik par les Inuit, « lieu de grands espaces » en inuktitut.

© Heiko Wittenborn



BIEN PLUS DE CINQ ÉTOILES...

Et si l’on passait la nuit dehors ? Les Inuits sauront confectionner un abri avec l’élément le plus présent dans leur milieu en cette saison, la neige, dans laquelle ils découperont autant de blocs qu’il en faut pour édifier la preuve de leur ingéniosité. Prêtez-leur main-forte, mais attention, la construction d’igloo s’avère plus compliquée que l’assemblage de blocs LEGO ! L’heure du thé arrive. Celui-ci est accompagné de la traditionnelle bannique confectionnée par les femmes pour les chasseurs et de quelques bouchées de viande ou de poisson cru. Alors que le soir tombe et qu’on se faufile sous le dôme, les femmes révèlent d’autres talents avec quelques chants de gorge, un art ancestral qu’elles tenteront de vous apprendre... entre deux rires. Et bien sûr, on a droit à quelques histoires avant de s’endormir. Si le matelas de peau recouvrant votre plancher neigeux est d’un confort plutôt rustique, les étoiles des plus beaux hôtels vous paraîtront bien ternes à côté de la voûte céleste du Grand Nord. D’autant plus que, le jour se faisant plus discret en hiver, le ciel a tout loisir de se distraire de la danse émouvante des aurores boréales, parées de leurs robes vertes des plus éblouissantes doublées de crinoline violette... Un ballet surnaturel.

© Heiko Wittenborn


Plus d'infos:
www.nunavik-tourism.com
www.aventuresinuit.com
www.parcsnunavik.ca


Autres articles qui pourraient vous intéresser: 
Immersion autochtone - partie 1
Immersion autochtone - partie 2
Un hiver chez les premières nations
A la mode inuite
Le pouls autochtone
Les premières nations et les inuits par les musées - partie 1
Les premières nations et les inuits par les musées - partie 2
Culture et transmission au pays des premières nations
L'aventure avec un grand A - Premières Nations
Quand nature rime avec culture
Des nuits 100% premières nations
Vis ma vie de musher
La célébration des traditions inuites
L'aventure à l'état pur en terre inuite
Entre ciel et mer
Quand le Québec des premiers peuples sort du bois