La Belle Histoire

Maison Félix-Leclerc à Vaudreuil-Dorion

Picture medium

Félix est de retour à Vaudreuil. » C’est en ces mots que Simon Bissonnette, directeur de la Maison Félix-Leclerc, résume le projet de restauration de la demeure que le célèbre poète chanteur a occupé entre 1956 et 1966. Il aura fallu 14 ans de démarches puis 5 mois de travaux pour sauvegarder la mémoire de Félix Leclerc enfermée dans cette maison du chemin de l’Anse, joliment située en bordure du lac des Deux Montagnes. Tout est parti d’une initiative citoyenne des résidents de la région réunis au sein d’un organisme qui se rend propriétaire des lieux en 2006. Puis en 2009, le rêve de musée prend forme lorsque la maison est classée monument historique du Québec. La grande ouverture au public se fera en juin 2014 et dès sa première année d’exploitation le site attire déjà plus de 4 000 visiteurs.

©Archive nationale

À voir
Un documentaire de 1958 réalisé par Claude Jutra, filmé dans la maison de Vaudreuil-Dorion et qui nous convie chez le troubadour québécois. On peut le visionner comme entrée en matière dans le pavillon d’accueil du site. Ne quittez pas les lieux sans faire aussi un tour dans les jardins et le boisé environnant où le chanteur aimait
se promener dans le silence et la solitude nécessaires à la création.
www.onf.ca/film/felix_leclerc_troubadour


DANS L’ANTRE DU TROUBADOUR
La visite commence dans la cuisine là où se réunissait parfois « une gang de fous », comme se plaisait à dire le grand Félix. Et, parmi les « fous » qui sont passés par ici, on compte Georges Brassens, Jacques Brel ou encore Michel Legrand… La pièce est consacrée au théâtre, une facette méconnue des oeuvres de celui qui écrivit pourtant une quinzaine de pièces et notamment L’auberge des morts subites dont une grande affiche originale orne toute une partie d’un mur et du plafond. À côté, c’est le salon dédié à la carrière du chanteur. Le compositeur interprète créa à Vaudreuil 84 de ses 143 chansons dont les célèbres « P’tit bonheur », « Bozo », « Moi, mes souliers » ou « L’Hymne au printemps ». Après avoir écouté religieusement la voix de Félix vous raconter La légende du petit ours gris, on monte à l’étage dans le bureau de l’artiste, son « grenier » et son antre.
Dessinée sur un des murs, une lettre E rappelle celle en plomb « empruntée » sur la tombe de Jean de La Fontaine au cimetière du Père-Lachaise à Paris… un souvenir des nombreux séjours parisiens dont l’original se trouve toujours au Québec. Bizarrement, une partie du décor est factice — faux livres, faux bureau —, mais de vrais documents d’époque et de nombreuses photos égrènent les années du chanteur. Les concepteurs du
centre d’interprétation ont voulu laisser la parole au poète. Ce sont ses textes qui constituent le fonds même de cette exposition. On entre ainsi dans la vie de Félix Leclerc par son oeuvre tandis que son ombre plane encore dans les murs.




Un futur circuit Félix Leclerc à travers le Québec ?
Lorraine Messer, présidente de la Maison Félix-Leclerc de Vaudreuil-Dorion, rêve d’un circuit touristique qui emmènerait les visiteurs sur les traces du chanteur d’un bout à l’autre de la province. Saviez-vous que le poète troubadour est né à La Tuque le 2 août 1914 et y a passé son enfance ? Un petit musée lui est consacré dans le parc des chutes de la Petite Rivière Bostonnais. Et, tandis que le jeune Félix poursuit ses études à Ottawa, ses parents s’installent dans une ferme à Sainte- Marthe-du-Cap près de Trois-Rivières. Cette maison familiale des Leclerc est aujourd’hui un gîte du Passant où sont parfois donnés des concerts. Cette balade culturelle québécoise inclurait évidemment la maison de Vaudreuil-Dorion et se terminerait sur l’île d’Orléans, dans le refuge que l’artiste québécois occupa de 1970 jusqu’à son décès en 1988. C’est là, sur les hauteurs de Saint-Pierre-de-l’île, que l’Espace Félix Leclerc rassemble une boîte à chanson et une exposition permanente récemment renouvelée qui s’intitule « La vie, l’amour, la mort ».
www.tourismemauricie.com/membre/centre-et-circuit-felix-leclerc
www.maisondesleclerc.com /
 www.felixleclerc.com