L’île Verte en toute simplicité

Un petit coin de paradis dans le Bas-Saint-Laurent.

Picture medium

Moins de 40 habitants à l’année, à peine 15 kilomètres de long, des humeurs variables et des marées imposant leur rythme aux va-et-vient des touristes… Bienvenue sur l’île Verte, une des beautés cachées, en tout cas méconnues, du Bas-Saint-Laurent, à environ 5 heures de route de Montréal.


PETIT TERRITOIRE, GROSSE SÉDUCTION
Pour humer la sérénité ambiante, rien de tel qu’un insulaire. Gérald Dionne par exemple, façonné depuis l’enfance par cette terre d’estuaire qui est un peu comme une seconde mère. La simplicité incarnée et un bel ambassadeur de cette hospitalité qui imprègne la municipalité de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs. Ça commence souvent sur le quai du Bout d’en bas, et si ce n’est pas lui qui vous accueille, c’est un de ses deux véhicules, clés sur le contact n’attendant que votre pouce et votre index pour enclencher la première vitesse vers le bonheur. Car vous serez bien dans les bras de cette île enchanteresse accessible une fois par an à pied : le fameux « sentier de la bouette », un rituel toujours très populaire en été.



CONFORT ET AUTHENTICITÉ
Contraint d’aller vivre sur la terre ferme, dans la localité de L’Isle Verte, pour la scolarité de ses enfants, Gérald a conservé la maison familiale, celle de ses grands-parents, avec son âge respectable (150 ans) et une partie de sa façade d’un rouge éclatant. Quand lui et son clan ne viennent pas s’y lover, la belle bâtisse se transforme en gîte, sous l’appellation « Au Chant du Coq ». Une fois à l’intérieur, le charme opère tout de suite. Du sol au plafond en passant par la cave, la maison transpire le vécu, déploie ses rides et ses imperfections sans complexe. Les propriétaires ont su préserver son âme avec une déco qui fait l’apologie du rustique et rendrait jaloux un antiquaire. Le cadre parfait pour déconnecter et se perdre dans un bouquin.

Extérieur du gîte Au Chant du Coq
© Éric Berteau
Intérieur du gîte Au Chant du Coq
© Éric Berteau


En contrebas, c’est pas mal non plus. Car le Chant du Coq offre aussi la possibilité de louer un chalet au confort champêtre, avec son petit poêle à bois et le décolleté de sa terrasse plongeant sur un bras du fleuve Saint-Laurent, côté rive sud, d’où l’on assiste au petit matin et par temps dégagé à un lever de soleil très fringant.


La terrasse du chalet et sa vue imprenable 
sur le Saint-Laurent.

Les levers de soleil n'ont rien à envier aux couchers...



EXPLORER L'ÎLE EN MARCHANT
Au chapitre des activités, l’île Verte est un terrain de jeu tout indiqué pour les amateurs de randonnée. Les plus expérimentés se lanceront à l’assaut de la partie la plus sauvage de l’île, sur la rive nord, face à l’estuaire du Saint-Laurent. Longer la grève sur quelques kilomètres, avec la possibilité de voir des baleines, des phoques et même, pour les plus chanceux, des bélugas, fait partie de la « to do list » de l’aventurier en quête d’air pur.

La marche reste un excellent moyen d’explorer les trésors locaux, parfois cachés, et de faire connaissance avec la faune (l’orignal notamment) et la flore locale, mais aussi les habitants (rassurez-vous, ils ne mordent pas) et le patrimoine bâti, assez coloré dans la partie Bout d’en haut. On peut aussi observer ici et là des fumoirs traditionnels, coiffés de bardeaux de cèdre noircis par le temps. L’île en compte 18, qui font l’objet d’un programme de restauration. On peut même s’arrêter pour siroter un café ou une bière au Café d’Alphé, en particulier durant la haute saison, l’amplitude horaire rétrécissant  en période creuse.                                                        On peut parfois croiser une femelle orignal et son petit au détour d'un sentier.

REMONTER LE TEMPS AU PHARE
Pour le visiteur, le site des maisons du phare est un  incontournable, et à juste titre. Du haut de ses 208 ans, ce qui en fait la plus vieille du Saint-Laurent, cette vieille lanterne toujours en activité veille sur un patrimoine où le temps semble figé. Transformé en auberge, l’endroit gagne en séduction sous la lumière des couchers de soleil, toujours envoûtants dans cette partie du Québec.




Le singulier musée du squelette et la vieille école sont d’autres escales à ne pas négliger. Le premier, aussi étonnant que son créateur, Pierre-Henry Fontaine, vous dira tout sur l’évolution des espèces, tandis que la seconde vous partagera ses souvenirs et ses images d’antan, quand la mousse de mer faisait tourner l’économie locale…

Le Musée du squelette, avec à l'avant-plan 
le crâne d'une baleine !


Attention: L'Île verte n'est desservie qu'une partie de l'année par le service de traversiers.
Pour plus d'informations, consulter le site web de la Société des Traversiers du Québec: traversiers.com/fr/nos-traverses/traverse-de-lile-verte/accueil/


Carnet d'adresses:

GÎTE AU CHANT DU COQ
Chemin de l'Île, L'Isle-Verte
Tél: +1 418 898 2443
auchantducoq.com
CAFÉ L'ÉCHOUERIE
7302 Chemin de l'Île, L'Isle-Verte
Tél: + 1 418 898 4065
echouerie.biz

MUSÉE DU SQUELETTE
Chemin de l'Île, L'Isle-Verte
Tél: + 1 418 898 5215 / Hors-saison: + 1 418 648 1150
ileverte-tourisme.com/quoi-faire/circuit-touristique/

MAISONS DU PHARE DE L'ÎLE VERTE
2802 route du Phare, L'Isle-Verte
Tél: +1 418 898 2730
Consulter la fiche Best of Québec
phareileverte.com/auberge/
CAFÉ D'ALPHÉ
Chemin de l'Île, L'Isle-Verte
Tél: + 1 418 898 2923
facebook/cafedalphe


OFFICE DE TOURISME DE L'ÎLE VERTE
6201 Chemin de l’île, L'Isle-Verte
Tél: + 1 418 863 3174
ileverte-tourisme.com/



Autres articles qui pourraient vous intéresser:
La mosaïque maritime - Le Bas-Saint-Laurent
Du bon temps en réserve, le Bas-Saint-Laurent

Suivre le blog d'Olivier Pierson.