L'hôtel Château Frontenac

Une icône canadienne

Picture medium

Alors que le Canada fête son 150e anniversaire, fièrement érigé en haut du Cap Diamant, le Château Frontenac célèbre les 125 ans du début de sa construction en 1892. Cet emblème de la ville de Québec connu des touristes du monde entier et qui a vu défiler d’illustres figures politiques et culturelles renferme son lot de grandes et de petites histoires…



LA LÉGENDE DU COMTE DE FRONTENAC
Construit sur le site même où, du temps de la Nouvelle-France, s’élevait le château Saint-Louis, on raconte que le fantôme de celui qui donna son nom à l’édifice hante toujours les lieux, le cœur brisé, presque au sens propre du terme…La vie sentimentale de Louis de Buade, comte de Frontenac et de Palluau, ne fut en effet pas de tout repos. En 1648, à l’âge de 28 ans, ce militaire de carrière descendant d’une vieille famille de France épouse en secret à Paris Anne de la Grange-Trianon célèbre pour sa grande beauté et de 12 ans sa cadette. Furieux, le père de la mariée décide de la déshériter. Trois ans plus tard, un enfant naît, le seul du couple. Cette période d’intense romance ne dure hélas qu’un temps. Accablé par les dettes, déchiré sur les actions à mener, le couple finit par vivre séparément. En 1672, Anne refuse donc de suivre son mari nommé en Nouvelle-France. Le comte de Frontenac s’illustre en défendant la colonie contre les attaques anglaises et iroquoises et y meurt en 1698. Selon sa volonté, son cœur est transporté dans un coffret à Paris à l’attention de son épouse qu’il n’a visiblement pas oubliée. Anne l’aurait renvoyé au Canada « ne voulant pas d’un cœur mort qui, vivant, ne lui avait pas appartenu ». La légende prétend qu’à son retour à Québec, le cœur se serait fendu en deux et que l’âme meurtrie du comte s’en serait échappée, hantant encore aujourd’hui les couloirs de l’actuel Château Frontenac. Cette histoire et beaucoup d’autres sont contées aujourd’hui lors des visites organisées au Château par des guides costumés jouant des personnages vivant à l’époque de sa construction. Ils connaissent le bâtiment comme le fond de leur poche et en livrent quelques anecdotes captivantes.


© RMN Château de Versailles

A gauche, s’élevant fièrement devant la statue de Champlain, le Château marie histoire et modernité. 
A droite, Anne de la Grange-Trianon, femme de Louis de Buade, comte de Frontenac et de Palluau.



DES INVITÉS DE MARQUE
Saviez-vous par exemple qu’en 1926, un terrible incendie ravagea, par - 40 °C, une partie de l’hôtel, et que l’eau projetée par les pompiers pour arrêter les flammes transforma sa façade en véritable sculpture de glace ? Depuis cette époque, les feux de cheminée ont été bannis de l’hôtel. Durant la visite, on apprend aussi que les clients jouaient au curling avec de vrais balais de ménage sur l’actuelle terrasse couverte du restaurant Place Dufferin et qu’une école de ski les initiait à ce nouveau sport pratiqué tout à côté sur les Plaines d’Abraham.

Dans les couloirs du rez-de-chaussée qui ressemble à un grand labyrinthe, des vitrines racontent ces petites aventures historiques et c’est un véritable plongeon dans l’histoire du Château. Une galerie de photos rappelle, quant à elle, les personnalités et les grandes stars qui se sont succédées ici, de l’empereur d’Éthiopie Hailé Sélassié à Sarah Bernhardt, en passant par Charles Lindbergh et Alfred Hitchcock qui y tourna le célèbre film La loi du silence.

On découvre ainsi, en arpentant l’hôtel, que Steven Spielberg et Léonardo di Caprio ont séjourné au Château lors du tournage de Catch Me If You Can de même que Paul Mc Cartney lors de son fameux concert sur les plaines d’Abraham devant 250 000 personnes en 2008 pour le 400e anniversaire de la ville.

La visite se termine devant le double escalier du grand hall. On dit qu’en faisant un vœu en le descendant celui-ci se réalisera. Ce fut le cas pour ce couple venu ici en 1933 au cours de leur lune de miel et qui avait fait chacun le vœu en s’embrassant au bas des marches de s’y retrouver pour leur 60e anniversaire de mariage.
Ce fut chose faite en 1993.


Plus d'infos:
www.fairmont.fr/frontenac-quebec


Autres articles qui pourraient vous intéresser:
Musée national des Beaux-Arts de Québec
L'hôtel des Coutellier
Le quartier Petit Champlain de Québec
Escapade à Québec - partie 1
Escapade à Québec - partie 2
Escapade à Québec - partie 3
Escapade à Québec - partie 4
Sur les chemins de la Nouvelle France