Hôtel Le Saint-Sulpice

De soie et de lumière

Picture medium

Côté face, un condo-hôtel de luxe, une bulle de détente et d’apaisement posée au cœur du Vieux-Montréal, à l’ombre de la basilique Notre-Dame. Côté pile, un incomparable portail d’accès aux festivités du 375e anniversaire de la ville à la rosace.


LA NOTION DE PLAISIR
Que peut-on attendre d’un hôtel 4 étoiles - 4 diamants et maintes fois récompensé ? La réponse est simple et tient en un mot : plaisir. Le plaisir de se sentir chez soi, ailleurs. Le plaisir de boire un verre de vin dans la quiétude feutrée d’une impensable cour-jardin et de prolonger le voyage gustatif dans le cadre clair et épuré du restaurant LeSainclair. Le plaisir, enfin, de pouvoir arpenter à son rythme les ruelles du quartier historique de Montréal ou, au contraire, rayonner simplement vers d’autres cieux. La magie d’un pareil lieu de vie, c’est finalement d’y trouver ce que l’on y amène.


LE CONFORT DE LA CHRYSALIDE
Or, si on amène toujours un peu de soi et que l’on laisse une part de souvenir au Saint-Sulpice, on en repart aussi avec un peu d’ailleurs. L’effet troublant d’un hôtel pas comme les autres. Dans le lobby traversant, près de l’âtre, on découvre une ancienne armoire de bibliothécaire. Au gré des passages, des livres y apparaissent, d’autres disparaissent. On accède aux étages et l’on découvre des toiles du célèbre créateur montréalais Jean- Claude Poitras. Sans doute les a-t-il volontairement oubliées lors de son dernier passage. Elles habillent à présent les couloirs d’une ambiance augmentée de musique, différente à chaque étage, dans une symphonie de partitions qui ne se rencontrent jamais. On poursuit le voyage. Dans sa suite, l’un des 108 cocons conçus comme des appartements individualisés, une sensation étrange et familière. Sur son chevet, « Histoires sans suite ». Un recueil de textes, le journal de 14 artistes-voyageurs qui ont choisi les mots pour marquer l’empreinte de leur passage en ces lieux. Une invitation lancée. Celle d’écrire, à son tour, sa propre histoire.



L'ENVOL DU PAPILLON
Le calme raffiné de l’hôtel ne doit pas nous faire oublier qu’il est aussi aux premières loges sur la grande scène de Montréal. Un privilège d’une saveur particulière l’année des 375 ans de la ville, dont l’essentiel des festivités prend quartier au Vieux-Port voisin pour irradier la ville. Certains choisiront de rester chrysalide. D’autres iront battre des ailes au fil de spectacles historiques et immersifs, comme les projections holographique AVUDO sur le fleuve Saint-Laurent, d’animations folles, et d’expériences sensorielles uniques au détour des ruelles de la vieille ville. LeSaint-Sulpice est plus que jamais à la jonction des grands rendez-vous, les lumières du fleuve et les festivals du Quartier des Artistes. Les papillons ne perdront pas un soupçon du précieux pollen d’une culture à ciel ouvert. Le personnel de l’hôtel sera là pour aider chacun d’entre eux à dénicher le programme, grandiose ou confidentiel, qui leur convient. C’est aussi cela que l’on attend d’un grand hôtel. Le plaisir du détail.



Plus d'infos:
www.lesaintsulpice.com


Autres articles qui pourraient vous intéresser:
Le musée des Beaux-Arts de Montréal fait sa révolution
Montréal, quelle histoire!
Montréal, capitale culturelle
Murales de Montréal
Le Vieux-Montréal
Le musée des Beaux-Arts de Montréal à l'heure du 375e
375e de Montréal: une année de festivités!
375e anniversaire de la ville de Montréal
Le Saint-Sulpice, hôtel "standing" de Montréal
Montréal, la ville aux cent clochers-partie 1
Montréal, la ville aux cent clochers-partie 2
Les murs à témoin
Le Montréal des gastronomes
Une destination " foodesque" - Montréal
Montréal derrière ses Canadiens
Montréal tellement...cosy!  
Montréal côté urbain
Montréal tellement ...savoureuse