Escapade à Québec - partie 3

Dans les coulisses d'une icône - Fairmont le Château Frontenac

Picture medium

Fièrement érigé au faîte du cap Diamant, sur le site même où s’élevait naguère le château Saint-Louis, il est devenu l’emblème de la ville de Québec. En presque 125 ans d’existence, cet hôtel prestigieux a vu défiler pratiquement toutes les grandes figures politiques et culturelles de passage dans la capitale, de quoi alimenter petites et grandes histoires.

On raconte que le fantôme de celui qui donna son nom à l’édifice hante toujours les lieux, le coeur brisé, dans
tous les sens du terme… La vie sentimentale de Louis de Buade, comte de Frontenac et de Palluau, ne fut en effet pas de tout repos. En 1648, à l’âge de 28 ans, ce militaire de carrière descendant d’une vieille famille de France épouse en secret à Paris Anne de la Grange-Trianon, célèbre pour sa grande beauté et de 12 ans sa cadette. Furieux de cette union, le père de la mariée décide de la déshériter. Trois ans plus tard naît leur premier (et unique) enfant. Mais cette idylle ne dure hélas qu’un temps. Accablé par les dettes, déchiré sur les actions à mener, le couple finit par vivre séparément. En 1672, Anne refuse donc de suivre son mari nommé en Nouvelle-France. Le comte de Frontenac s’illustre en défendant la colonie contre les attaques anglaises et iroquoises et y meurt en 1698. Selon sa volonté, son coeur est rapatrié dans un coffret à l’attention de son épouse, qu’il n’a visiblement pas oubliée. Anne l’aurait alors renvoyé au Canada « ne voulant pas d’un coeur mort qui, vivant, ne lui avait pas appartenu ». La légende prétend qu’à son retour à Québec, le coeur se serait fendu en deux et que l’âme meurtrie du comte s’en serait échappée pour hanter aujourd’hui encore les couloirs de l’actuel Château Frontenac.
                                                                        © Philippe Renault - hémis


Une réunion sous haute surveillance
En août 1943, l’ensemble des clients du Château doit plier bagage. Des batteries antiaériennes sont installées
près de l’hôtel, sur les plaines d’Abraham et aux abords de la Citadelle. Les agents secrets sont à l’oeuvre. Parmi eux, un certain Ian Fleming, l’écrivain et père de James Bond. Les rumeurs courent que le pape Pie XII s’installe dans la capitale pour fuir l’Europe en guerre. À moins que l’hôtel ne soit transformé en hôpital militaire pour les blessés canadiens du front italien ? En réalité, l’hôtel est évacué pour permettre la tenue d’une réunion politique de la plus haute importance réunissant le Président américain Franklin D. Roosevelt, le Premier ministre britannique Winston Churchill et le Premier ministre canadien Lyon Mackenzie King. Ces chefs des nations alliées allaient décider à Québec de l’opération Overlord et du jour J du débarquement de Normandie.


PETITES HISTOIRES ET GRANDES FIGURES
Cette histoire et beaucoup d’autres sont contées au cours des visites organisées au château par des guides déguisés pour l’occasion en personnages de l’époque de sa construction. Ils connaissent le bâtiment comme le fond de leur poche et en livrent quelques anecdotes captivantes. Saviez-vous par exemple qu’un soir de janvier 1926, par - 40 °C, un terrible incendie ravagea une partie de l’hôtel et que l’eau projetée par les pompiers pour arrêter les flammes transforma sa façade en véritable sculpture de glace? Depuis cette époque, les feux de cheminée ont été bannis de l’hôtel. Durant la visite, on apprend aussi que certains clients jouaient au curling avec de vrais balais de ménage sur l’actuelle terrasse couverte du restaurant, Place Dufferin, alors que d’autres s’initiaient au ski sur les Plaines d’Abraham grâce à une école dédiée. Dans les couloirs du rez-de-chaussée, qui s’apparentent à un vaste labyrinthe, des vitrines relatent ces bribes d’histoire et nous précipitent avec délice dans celle du château. Une galerie de photos rappelle, quant à elle, les personnalités et grandes vedettes qui se sont succédé ici, de l’empereur d’Ethiopie Hailé Sélassié à Sarah Bernhardt, en passant par Charles Lindbergh et Alfred Hitchcock qui y tourna le célèbre film La Loi du silence. On découvre ainsi, en arpentant l’hôtel, que Steven Spielberg et Léonardo DiCaprio ont séjourné au Château lors du tournage de Catch Me If You Can, de même que Paul Mc Cartney lors de son fameux concert sur les plaines d’Abraham devant 250 000 personnes en 2008 pour le 400e anniversaire de la ville.

                                                                                     © Fairmont Le Château Frontenac


FAITES UN VOEU
La visite se termine devant le double escalier du grand hall. On dit qu’en faisant un vœu en le descendant, celui-ci se réalisera. Ce fut le cas pour ces jeunes mariés venus séjourner au château au cours de leur lune de miel, en 1933. Dans un baiser échangé au bas des marches, les amoureux avaient fait le vœu de s’y retrouver pour leurs noces de diamant. Vous devinez la fin de cette histoire : il se réalisa en 1993.

On vous dit tout
- Le Château s’est offert en 2014 une cure de jouvence avec d’importants travaux de modernisation et de revitalisation. La nouvelle décoration intérieure a été exécutée sur les thèmes de l’hiver et du Saint-Laurent avec une couleur dominante, le bleu.
- Outre la rénovation des chambres et l’agrandissement de l’espace Fairmont Or, de nouvelles salles de réunion
et un centre de santé ont été ajoutés.
- Dans les jardins intérieurs du Château, l’ancien chef cuisinier emblématique de l’hôtel Jean Soulard, a fait planter un carré de fines herbes et installer des ruches en 2009, comme sur le toit de l’Opéra de Paris.
- Paradoxalement construit par un architecte américain, Bruce Price (célèbre pour ses gratte-ciel new-yorkais), l’hôtel est devenu le modèle du style « national » du Canada baptisé « style château ».
                                                                                        © Fairmont Le Château Frontenac

Carnet d'adresses:

FAIRMONT LE CHÂTEAU FRONTENAC
1, rue des Carrières, Québec
Tél. : + 1 418 692 3861
Consulter la fiche Best of Québec
www.fairmont.fr/frontenac-quebec
OFFICE DE TOURISME DE QUÉBEC
Tél. : + 1 418 641 6290
Sans frais : + 1 1 877 783 1608
www.quebecregion.com


À suivre:
Pépites culturelles à Québec
Une oeuvre en art et blanc - Le Nouveau Pavilon du Musée des Beaux-Arts du Québec
La relève de la garde - La citadelle de Québec

Autres articles qui pourraient vous intéresser:
Hôtels et détente à Québec
Randonnée à L’île d’Orléans via le Compostelle québécois
Musée national des Beaux-Arts de Québec
Citadelle de Québec
Quand Québec fête les 150 ans du Canada
Québec par ses premiers photographes
Le quartier Petit Champlain de Québec
Régions de Québec & Chaudière-Appalaches en hiver