Activités, sportives ou non, en pleine nature Partie 1

Voyage au Centre-du-Québec - Partie 3

Picture medium

UN SENTIER HAUT EN COULEURS

Mont Arthabaska

En cette belle matinée d’automne, la brume se dissipe doucement dans la plaine qui s’étend à perte de vue devant nous. Petit à petit, les nuages s’éclaircissent pour faire place au soleil. Les randonneurs se préparent à marcher sur le mont Arthabaska qui culmine à 500 pieds (150 mètres). 

C’est peu pour ce premier contrefort des Appalaches, mais déjà beaucoup pour la région qui s’étire sur les plaines au sud du Saint-Laurent. Au départ du sentier des Trotteurs, ils passeront devant la grande croix métallique haute de 23 mètres érigée en 1928 et observable la nuit à plus de 25 km à la ronde grâce à son pourtour de lumières écarlates. Certains promeneurs suivront le chemin qui domine le parc de crête en crête, d’autres s’enfonceront directement dans le sous-bois constitué de plantations d’épinettes ou d’érables.


© Philippe Renault -hémis


RÉCOMPENSE PANORAMIQUE
Le mont Arthabaska, c’est un petit bijou naturel qui fait la fierté des habitants de Victoriaville. Situé à quelques kilomètres de son centre-ville, ce parc presque entièrement boisé, d’une superficie de près de 70 hectares, offre une panoplie d’activités de plein air, allant de la classique randonnée pédestre au vélo de montagne en passant l’hiver par la raquette ou le ski de fond. 

Le sentier des Trotteurs qui part du belvédère et domine toute la ville est un incontournable des randonneurs aguerris qui n’hésitent pas à le suivre sur toute sa longueur, soit 26 km! Partis de Victoriaville, les plus sportifs arrivent cinq ou six heures plus tard à la petite municipalité de Sainte-Hélène- de-Chester

Il est heureusement possible de faire des balades moins éprouvantes. Depuis le secteur Trottier de Sainte-Hélène-de-Chester partent en effet deux randonnées en boucle. La première emprunte le sentier des Cascades long de 6 km et la seconde suit le sentier du Pic sur 10 km. Au départ du mont Arthabaska, il est également possible de marcher environ 9 km et revenir à son point de départ. 

Des bols d’air pour tous, sportifs ou non...
Quelle est la plus belle saison pour ces randonnées? Si le printemps marque la saison des sucres et du sirop d’érable « nouveau », c’est en septembre et octobre que la forêt se pare des flamboyantes couleurs de l’été indien. Les sentiers du Mont Arthabaska se révèlent alors des plus agréables d’autant que les moustiques et les « mouches à chevreuil » se font plus rares! 

À cette saison moins fréquentée, il n’est pas rare non plus d’apercevoir les nombreux animaux du parc, cerfs de Virginie, lièvres, renards et de nombreuses espèces d’oiseaux...


© Philippe Renault -hémis


MARCHER, CAMPER ET PUIS SI AFFINITÉS
Parc de la Rivière Gentilly
C'est dans l'arrière-pays de Gentilly, non loin de Bécancour, qu'est situé le parc régional de la Rivière Gentilly. On met le cap sur ce joli coin de nature forestière traversé par deux rivières pour son réseau de sentiers. Celui-ci s’adresse autant aux marcheurs (près de 20 km) qu’aux cyclistes de montagne (12 km) et aux cavaliers, des boxes pouvant même accueillir leurs montures ! 

Car le Parc régional de Gentilly offre également différentes options d’hébergement en mode prêt-à-camper : camping aménagé pour les tentes et les véhicules récréatifs, camping rustique au bord de la rivière, camping sauvage sur 48 sites... Sans oublier trois chalets rustiques pouvant loger six personnes, ainsi qu’une craquante petite roulotte gitane qui apporte sa touche colorée au cœur de la verdure. 

Enfin, petits et grands peuvent s’y amuser été comme hiver, des sentiers de ski de fond et de raquette venant depuis peu compléter les différentes activités développées par le parc, dont la pêche, très appréciée ici. Un must pour se mettre au vert.


Lire la partie 2 de notre article Québec le Blog' (2/2)


Carnet d'adresses : 

PARC DE LA RIVIERE GENTILLY
1000 Route des Flamants, Sainte-Marie-de-Blandford
Tel: +1  (819) 298 2455
rivieregentilly.com


                                     

Autres articles qui pourraient vous intéresser :
Le Nunavik en hélico
L'art de vivre à l'amerindienne
Road-trip : le tour de la gaspésie
Vallée de Saint-Sauveur
Lanaudière un weekend nature en chalet
Aventures au Saguenay-Lac-Saint-Jean
Motoneige à la mode autochtone
Randonnées dans Charlevoix